Quelques informations sur l’actualité des luttes à Genève et ailleurs.

#RetourManifMike31octobre

“Les noms des victimes résonnent dans les coeurs et alimentent nos colères, vous ne connaîtrez pas la paix que vous nous refusez !”

En 2018, Mike Ben Peter fut tué par la police lausannoise. La procédure judiciaire s’éternise et une expertise médico-légale conduite par une médecin entretenant des liens étroits avec la police vaudoise est contestée par l’avocat de la famille de Mike. Deux ans et demi après, le procès n’a toujours pas commencé. À l’appel de plusieurs collectifs antiracistes romands se mobilisant sur la question des violences policières (Collectif Kiboko, Collectif Jean Dutoit, Collectif Afrofeministe Amani, Ligue Panafricaine-UMOJA, Outrage Collectif) et le parti SolidaritéS Vaud, un millier de personnes défilèrent dans les rues de Lausanne le 31 octobre, pour réclamer justice pour Mike mais aussi pour Lamin Fatty, Hervé Mandundu, eux aussi victimes de la police vaudoise ces dernières années. La manifestation était large et déterminée, elle représente une action d’étape, qui s’inscrit dans une série de mobilisations menées par ces collectifs. Comme le disait le collectif Outrage :

“Aux familles de Mike, Hervé, Lamine et tous les autres : on est ensemble, on pense à vous ! An attack against one is an attack against all, rest in power ! [Une attaque contre l’un est une attaque contre touTEs, repose en force]”

#CitéLéopardEnLutte

La lutte paie, petit à petit les habitantEs de la Cité Léopard sont relogés ailleurs par la régie Gerofinance ou des fondations immobilières de droit public. L’autorisation de construire a été délivrée mais l’Office cantonal du logement a averti par courrier qu’il ne permettrait pas le début des travaux avant que tout le monde ne soit relogé. Les permanences continuent tous les jeudis sur place avec le médiateur et les soutiens. Le 19 novembre, nous avons eu le plaisir de rencontrer la « lanceuse d’alerte » qui avait la première contacté les médias au sujet des agissements de la régie.

#RetourProcèsBRIC

Le procès pour « insultes » d’un camarade libertaire a eu lieu au tribunal de police le 16 novembre dernier. Les faits remontaient à 2017 et la plainte émanait d’un policier membre de la Brigade de recherche et d’îlotage communautaire (BRIC, police politique du canton). La personne poursuivie en procès avait fait condamner le chef de ladite brigade la même année pour faux dans les titres, ce qui n’est peut-être pas pour rien dans ce « ciblage ». Un rassemblement de soutien a eu lieu devant le tribunal et le jugement sera transmis plus tard par écrit.

#RetourManifBâle28nov

Plusieurs dizaines de personnes venant de toute la Suisse passent en procès depuis 2 mois à Bâle dans le cadre d’un procès suivant une manifestation antifasciste. Une manifestation de solidarité a eu lieu le 28 novembre avec une participation large et un message clair envers les personnes poursuivies dans cette affaire : on ne vous oublie pas !

https://renverse.co/infos-locales/article/communique-baselnazifrei-et-photos-2835 (29.11.20)

#ProcèsTourismeDuPire2019

Mardi 1er décembre à 14h30 au Palais de justice (1, pl. du Bourg-de-Four) a lieu le procès d’une personne dont le crime est d’avoir pris la parole lors d’une visite guidée des institutions financières genevoises. Cette déambulation pédagogique qui visait à expliquer le rôle de la finance dans le dérèglement climatique n’a pas plu à la police qui a amendé le “guide” pour avoir pris la parole à deux reprises alors qu’elle lui aurait gentiment demandé de se taire devant le siège de BlackRock.
 Le procès s’inscrit à la croisée des chemins entre la répression genevoise de l’usage de l’espace public (les fameuses contraventions pour “refus d’obtempérer”) et les rebondissements judiciaires qui ont eu lieu suite à l’acquittement d’un activiste pour le procès « mains rouges » en octobre. Son acte a été jugé comme une entrave à la propriété privée du Crédit Suisse, mais dans un contexte d’ « état de nécessité” face à l’urgence climatique.
On ignore encore la fin de cette saga judiciaire, mais il est probable que sans mobilisation importante, cette petite brèche actuelle dans l’appareil répressif sera vite refermée par le Tribunal fédéral, cour
suprême du pays et garant de l’uniformité du droit bourgeois.

 https://www.instagram.com/p/CH5pibaACOH/ (23.11.20)

#CriticalMass

La Critical mass genevoise du 30 octobre a été officieusement annulée par la police qui a bloqué l’accès des deux extrémités du pont des Bergues avec leurs fourgons. On ne sait pas si la police a ensuite organisé son propre cortège de victoire contre la menace cycliste. Rebelotte pour celle du 27 novembre. Pour les personnes qui auraient reçu des amendes lors des dernières critical mass, merci de contacter dans les plus brefs délais le groupe Antirépression, antirep-ge@riseup.net.

#RIPLaTour

Dans la série « que sont-ils devenus », je demande Mark Muller, l’ex-conseiller d’Etat PLR qui s’était illustré dans sa guerre contre les squats et l’évacuation des derniers grands bâtiments occupés à Genève en 2007 (Rhino et La Tour). Muller est redevenu avocat immobilier et il a plaidé avec succès pour un changement de jurisprudence du Tribunal fédéral sur la contestation du loyer initial ce qui fait que grâce à lui les loyers pourront encore plus augmenter à chaque changement de locataire (source : Tout l’immobilier, 23.11.20). Pourri un jour, pourri toujours.