Programme d’activités : Octobre 2021

Programme d’activités : Octobre 2021

Au menu du Silure ce mois-ci, une grève contre le certificat covid, Audre Lorde et une récolte d’habits pour les personnes en exil à la frontière franco-italienne.

Tout les événements se passent dans le respect des mesures sanitaires (masques de protection si ça a lieu en intérieur). Une petite lettre d’info est à lire après le programme.

Grève contre le certificat COVID

Vendredi 1er octobre – 12h

Cantine spéciale grève dans le cadre de la journée d’action contre le certificat covid.

« L’injonction à la reprise économique a saboté les désirs d’un monde d’après différent. Et c’est bien cette reprise qui intéresse l’État quand il promeut l’abandon des gestes barrières au profit du certificat Covid. » La suite de l’appel ici :
https://renverse.co/infos-locales/article/appel-a-une-journee-d-action-contre-le-certificat-covid-3226

Lancement recueil du livre « La Licorne Noire » d’Audre Lorde

Samedi 9 octobre – 18h – bâtiment principal des Saules, 1er étage

Les éditions de l’Arche, la libraire du Boulevard, le Silure et les éditions Mamamelis ont le plaisir de vous inviter au lancement de La Licorne Noire d’Audre Lorde.
Après Zami, son autobiographie, et Sister Outsider, qui regroupe ses essais sur l’érotisme, le racisme, le sexisme… Voici enfin un ouvrage de poésie disponible en français (version bilingue) grâce aux éditions de l’Arche.

Lecture : Gerty DAMBURY (traductrice) Intermèdes musicaux : Aldridge HANSBERRY (flûte) (source : éditions Mamamélis)

Collecte de vêtements et de matériel pour les réfugiéExs en détresse dans les montagnes

Vendredi 15 octobre + Samedi 16 octobre

Horaires pour les dépôts :
Vendredi 15 octobre 14h-19h
Samedi 16 octobre 14h-17h
Vendredi 15 octobre 18h : réunion d’information sur le travail de secours à la frontière (Forum civique européen)

Vêtements de montagne :

Pantalons et vestes de ski
Sous-vêtements thermiques
Chaussures de randonnée et de montagne, tailles : 38-45
Vestes et pantalons de pluie
Bonnets, écharpes, gants, chaussettes

Vêtements de ville :

Jeans, pulls, T-shirts
Baskets, chaussures de ville
Caleçons, chaussettes (neufs)

Matériel :

Téléphones portables
(les téléphones portables sont très importants pour les réfugiés et sont souvent confisqués ou détruits par la police des frontières. Veuillez retirer le code d’accès et apporter également le chargeur. Les anciens modèles aussi sont tout à fait utiles, mais bien sûr, uniquement s’ils fonctionnent encore).
Batteries supplémentaires pour téléphone portable
Ordinateurs portables
Sac à dos, 20 – 40 litres
Sac porte-bébé
Thermos pour les randonnées en montagne
Jumelles (pour les patrouilles de protection)
Sacs de couchage chauds
Raquettes à neige

Playlist du mois

Du swing, des femmes qui chantent. Voilà ce qu’on vous propose ce mois-ci pour la 6e playlist dfu Silure.
https://www.youtube.co/playlist?list=PLdDrPCVm6KXDWTEysyBA9yYhmj5k1-LU0

Activités régulières

Cantines : Les cantines populaires ont lieu les vendredis midi. Cantine spéciale le 1er octobre (cf ci-dessus). Attention le resto du 1er octobre (soir) est annulé.

Bibliothèque-Infokioque : Les permanences biblio ont lieu tous les vendredis de 17h à 20h au Silure. Les perm servent à emprunter des livres, chiner dans la collection, amener de la distro, etc. Attention la permanence infokiosque du vendredi 1er octobre est annulée en raison de la journée d’action contre le certificat covid.

Permanence juridique (PJS) : Les permanences juridiques ont lieu tous les samedis de 10h30 à 12h30 dans le respect des mesures sanitaires. Les permanences se font seulement en présentiel.

Suivi des luttes : Septembre 2021

Suivi des luttes : Septembre 2021

Quelques informations sur l’actualité des luttes à Genève et ailleurs.

#JusticePourNzoy #Morges

Un homme noir a été abattu par la police le lundi 30 août sur un quai de la gare de Morges (VD). Plusieurs vidéos circulent sur internet, sur l’une d’elle, postée par Le Courrier, on voit deux policiers menotter la personne en train d’agoniser sur le quai de gare et la laisser sans soins. Voilà comment « Nzoy » est mort. Il avait 37 ans, vivait à Zurich et était de père suisse et de mère sud-africaine. On pense forcément aux affaires de ces dernières années où d’autres hommes noirs sont morts entre les mains de la police (Mike Ben Peter, Hervé Mandudu, Lamine Fatty, etc). L’affaire a suscité plusieurs articles sur Renversé : le premier aborde les motifs des policiers pour excuser leur geste, le second la façon dont les médias ont relayé servilement la version des autorités. Un rassemblement appelé sur Renversé s’est déroulé à Morges le vendredi 3 septembre. Des discours ont eu lieu et une tentative de départ en manifestation a été entravée par le dispositif policier mobilisé ce soir-là. En effet, la manif a dû rebrousser chemin après avoir été aspergée de spray au poivre par les flics près de la Grand-Rue (principale artère commerciale de la ville). Il y a une dizaine de jours, on a appris que la famille avait porté plainte et que celle de sa belle-soeur avait été déclarée non-recevable par la justice vaudoise car « pas suffisamment proche ». Des marches blanches ont été organisées le 21 septembre à Zurich, Berne, Bâle et Lucerne par le réseau « Exit racism now ! », on espère que cette mobilisation va se poursuivre et s’amplifier et nous relayerons les suites de cette affaire dans les prochaines lettres d’info.
https://renverse.co/infos-locales/article/la-police-tue-a-morges-comme-ailleurs-3202
https://renverse.co/infos-locales/article/la-police-tue-les-medias-couvrent-3203

#QRCode #Grève1oct

Le Silure a écrit un petit article sur la nécessité de lutter contre le scan de QR-codes, mais pas avec les groupuscules nationalistes.
https://renverse.co/infos-locales/article/contre-le-pass-mais-pour-le-masque-notes-sur-le-qr-code-3229 (23.09.21)
D’ailleurs, nous soutenons la grève des lieux culturels du 1er octobre prochain ! « Nous sommes conscient.e.x.s de l’ampleur de la situation sanitaire et de ses repercussions sur nos existences, pour autant nous rappelons la distinction qui doit être faite entre la réalité de la pandémie qui nous touche et les politiques sécuritaires qui se durcissent et auxquelles nous nous opposons fermement. »
https://renverse.co/infos-locales/article/contre-le-certificat-covid-greve-3238 (28.09.21)

 

#InvasionZapatiste

Mercredi 25 août et jeudi 26 août le Silure a accueilli deux soirées publiques organisées par la coordination zapatiste romande, à l’occasion de la venue des compas de l’escadron 4+2+1 à Genève. Les échanges du mercredi portaient sur les thématiques de la migration et des luttes anti-racistes, animés par Outrage collectif, ceux du jeudi sur les thématiques du patriarcat et des luttes féministes, animés par le collectif du 8 mars pour un féminisme révolutionnaire. En septembre, alors que de nombreuse.x.s camarades zapatistes s’apprêtaient à rejoindre l’Europe, le Chiapas a vécu un regain de tensions inquiétant : https://enlacezapatista.ezln.org.mx/2021/09/21/le-chiapas-au-bord-de-la-guerre-civile/
https://radiozapatista.org/?p=39912&lang=en (27.’09.21)
Pour suivre l’évolution probable des aventures zapatistes en Hélvétie cet automne : https://viajeporlavida.ch.

 

#Centrefédéral #GrandSaconnex

La coalition large « Non au centre de renvoi » dont le Silure fait partie a récolté un peu moins de 4000 signatures pour une pétition qui demande l’arrêt immédiat de la construction. Alors que ce projet, pierre angulaire de la politique d’asile raciste et dissuasive de la Suisse, est à nouveau [1] décrié, le canton de Genève peaufine les contours de ce qui devrait sans nul doute devenir un véritable hub de renvoi. En effet, le Projet de Loi pour le crédit d’investissement (77 millions de chf) sera bientôt discuté au Grand Conseil. L’exécution des renvois est bien le seul et unique objectif de ce vaste complexe appelé honteusement par les architectes qui l’ont imaginé en partenariat avec la Confédération : « Philémon et Baucis », qui symbolise l’hospitalité dans la mythologie grecque. Mais nous ne sommes pas dupes, c’est bien un vaste complexe carcéral qui voit le jour aux abords de l’aéroport de Cointrin ! Dans ce CFA accolé au tarmac, les « cellules familiales », les horaires de sortie restrictifs (9h-17h), les « lignes de défenses » ou autre « mur bélier », la liste est longue [2], témoignent d’une volonté de dissuader les personnes requérantes et non pas de leur témoigner une quelconque hospitalité. Les 50 cellules de détentions administratives (38 de plus que dans l’actuel SARA) et la police internationale présente dans le même bâtiment prouvent bien que l’objectif est de rendre cette infâme machine à expulser plus efficace. Voilà ce qui se cachait derrière la restructuration de l’asile et l’accélération des procédures.
La mise en exploitation du CFA est prévue pour l’été 2022. Cette date approche à grand pas, des rendez-vous vont certainement être annoncés bientôt pour que l’opposition à ce centre (re)donne de la voix !

#ManifBerne2oct

Un appel a été lancé par plusieurs organisations dont Solidarités sans frontières et le Migrants solidarity network pour une manifestation nationale le samedi 2 octobre à Berne sous le mot d’ordre « Vie libre et digne pour les exilé-e-s ». L’appel dit : « Depuis de nombreuses années nous constatons que la politique d’asile de la Suisse viole les droits humains et porte quotidiennement atteinte à la dignité des personnes exilées. Non à la violence physique, psychologique, sociale et économique envers les personnes exilées ! » La suite est disponible ici.
https://www.sosf.ch/fr/news/demo-oktober-2021.html

#Buechermesse

Le silure a tenu un petit stand de brochures au salon du livre anarchiste de Berne qui avait lieu du 24 au 26 septembre. On a ramené plein de choses : le recueil de textes d’André Prudhommeaux par Tumult éditions, la version actualisée du livre d’A. G. Grauwacke sur l’histoire de l’autonomie allemande, un recueil de visites guidées de la Berlin rebelle à travers l’histoire, le livre de Detflef Hartmann sur la gestion gouvernementale du Covid-19, le journal de la FAU, les nouveautés du Monde à l’envers, etc. A retrouver pendant les heures d’ouverture de la bibliothèque tous les vendredis de 17h à 20h !

#AntifaLyon

Une vague répressive a eu lieu à Lyon le 21 septembre dernier, 7 personnes de la mouvance antifasciste ont été arrêtées, et 4 d’entres elles placées en détention provisoire. On les accuse entre autre de « violence en réunion » lors d’une manif contre le pass sanitaire où les fascistes de Civitas avaient tenté de s’infiltrer. « Après plusieurs jours de garde à vue (de 24 à 48h), nos camarades sont déférés au tribunal de grande instance dans le cadre d’une toute nouvelle procédure : la comparution immédiate différée. Cette procédure expérimentée depuis 2019 permet d’imposer le cadre de la comparution immédiate de manière ultérieure en enlevant la possibilité de refus de cette procédure » Liberté pour les antifascistes de Lyon !
https://groupeantifascistelyonenvirons.wordpress.com/2021/09/27/face-a-la-repression-solidarite/ (27.09.21)

#PrenonsLaRueLausanne

Le collectif Prenons la rue a écrit un compte-rendu de la manifestation pour le droit de manfiester du 25 septembre, dispo ici ! « Le dispositif policier était impressionnant et ridicule, avec une réaction de malaise évidente de la part des passants qui assistaient à un déploiement démesuré au regard des évènements de ces dernières années dans la capitale vaudoise. Après plusieurs échecs avant l’arrivée à St François·e, les anti-émeutes ont littéralement encadré le cortège durant trois heures. La manifestation s’est montrée déterminée à ne leur laisser aucune occasion de grappiller du terrain sur la route et les trottoirs en les repoussant à l’aide des parapluies, mais la situation était tendue. Les antiémeute et flics étaient provocants et vraisemblablement frustrés de ne pas pouvoir en découdre. » La suite ici :
https://renverse.co/infos-locales/article/prenons-la-rue-bilan-et-perspectives-tactiques-3235 (26.09.21)

Contre le pass, mais pour le masque. Notes sur le QR-code


Contre le pass, mais pour le masque. Notes sur le QR-code


Le Silure, en tant que collectif et espace de luttes autonomes, a décidé de rejoindre la campagne Zones Libres d’Apartheid israélien entre autres pour deux raisons.

 

En Suisse, le scan d’un QR-code attestant de son statut sanitaire a été rendu obligatoire le 13 septembre pour accéder à un certain nombre de lieux publics fermés.

Pour commencer, précisons que l’on n’a (malheureusement) pas de solution clé en main pour combattre cette pandémie, ni de boule de cristal pour savoir quand elle se terminera. Notre prise de parole n’est pas celle d’un cénacle de médecins ou d’un parti de gouvernement, nous parlons d’un point de vue militant qui cherche la rupture avec le système de domination capitaliste.

Cette rupture est nécessaire entre autres choses parce que ce système et le saccage de l’environnement qui l’accompagne favorisent l’apparition et la dissémination de virus pathogènes comme le Covid-19. C’est pour cette raison que l’on a critiqué à de maintes reprises la politique de « nos » autorités, mais sans jamais nier l’existence du virus lui-même. Comme le disait un camarade biologiste, « il n’y a pas de camp pour savoir si un t-shirt vert est bien vert. Par contre, on peut débattre sur « est-il beau ? » ».
Alors que l’an dernier, les partis de gauche se sont souvent alignés sur le gouvernement suisse, nous avons dénoncé la logique de classe derrière la politique suivie à l’automne 2020 [1], lorsque rien n’a été entrepris pour enrayer le nombre de contaminations et de morts dans le pays. De même, il a été dit et redit que les politiques de confinement ne réglaient rien pour les classes populaires qui se retrouvaient brutalement sans revenus ou forcées d’aller travailler sans mesures sanitaires efficaces.

Ce petit retour en arrière est nécessaire pour comprendre d’où l’on parle aujourd’hui, dans cette phase politique marquée par l’introduction du QR-code dans la majorité des lieux publics fermés. Tout est différent de 2020, l’arrivée du vaccin en Occident a rebattu les cartes et les Etats veulent désormais tout faire pour éviter des fermetures d’entreprises (commerces, aéroports, restaurants, etc.). Les raisons avancées par les élites politiques sont surtout financières, les “cautionnements solidaires” de l’an dernier ont coûté cher à ce pauvre pays qu’est la Suisse. A ce titre, un rapport du Contrôle fédéral des finances publié début septembre a montré que plus de 200 entreprises ont continué à verser des dividendes à leurs actionnaires malgré les aides de l’Etat. Voilà une preuve de plus que dans cette crise sanitaire tout le monde n’est pas “dans le même bateau”. Il est vraiment indécent de voir la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter (PLR) dire que le fait de devoir refermer des entreprises pour motif sanitaire serait “son cauchemar”, quand on sait que dans le même temps elle gère les taules pour migrantExs comme le prochain centre fédéral en construction au Grand-Saconnex (“Femina”, 29/08/21).

 

Le QR-code est un symptôme

 

Se positionner contre le passe sanitaire est un exercice périlleux, car les critiques les plus véhémentes mais surtout les plus visibles sont celles formulées par la sphère confusionniste à tendance d’extrême droite, telles que celles du groupe Reinfocovid et ses multiples chaines Youtube (voir l’article de La Horde à ce sujet https://lahorde.samizdat.net/Qui-sont-les-animateurs-de-Reinfocovid )
Plusieurs médias de gauche se sont emparés de la question, notamment la Quadrature du net, une association qui dénonce la surveillance numérique et qui publie des articles sur son site internet : https://renverse.co/analyses/article/de-quel-type-de-surveillance-le-passe-sanitaire-est-il-l-expression-3222

Leur article est un travail sérieux tant sur les dangers des technologies numériques que les prises de paroles (relativisantes) allant jusqu’à nier la réalité de la pandémie dans les manifs en France. Il est d’ailleurs regrettable que l’opposition au QR-code n’ait pour ainsi dire tissé aucun lien avec les protestations précédentes contre le passeport biométrique, la reconnaissance faciale, les caméras de surveillance et autres merdes techno-capitalistes. En Suisse, c’est plutôt une mouvance « anti-vaccin » (c’est comme ça que les médias l’appellent) qui est en train de se renforcer. Cette dernière est composée de plusieurs micro-mouvements, parfois uniquement présents en Suisse alémanique : Freiheitstrychler (les sonneurs de cloches), Amis de la constitution, Stiller Protest, Mass-voll, etc. On peut les considérer comme la deuxième branche de l’arbre néolibéral puisqu’en plus de n’avoir aucun problème avec la domination en général, ces groupes revendiquent un « droit d’ignorer l’Etat », tel que l’avait formulé le théoricien racialiste Herbert Spencer il y a plus d’un siècle. On est en plein dans une vision conservatrice-individualiste de la société, celle d’un individu-roi qui estime incarner le peuple à lui tout seul. Ces libéraux-spencéristes vampirisent toute l’opposition au Conseil fédéral, leur propagande est à gerber et il est clair que ces gens-là seraient les premiers à nous réprimer s’ils se retrouvaient un jour au pouvoir (ils le sont d’ailleurs en partie quand on entend les discours libéraux-eugénistes d’Ueli Maurer (UDC) sur la façon de réagir à la pandémie).

La question internationaliste se pose également vu que les Etats occidentaux sont désormais engagés dans une compétition cynique pour le peloton de tête du taux de vaccination au détriment des pays du sud. Comme le faisait remarquer l’anthropologue Aude Vidal sur son blog, “les débats [sur le pass sanitaire] restent très franco-français. Nous peinons à imaginer l’impact que peut avoir le simple fait de tomber malade et de rester alité·e dans un pays sans couverture médicale ni protection sociale qui assure le revenu des malades jusqu’à leur rétablissement”. Le propos est complètement valable pour les groupes anti-vaccins cités plus haut, qui sont gangrénés par un nationalisme dégueulasse et un sentiment que la Suisse est le “pays le plus libre du monde”. A l’inverse, une opposition au QR-code dégagée de ces scories assumerait de dire que le covid n’est pas à proprement parler une “question suisse” et qu’au contraire, la lutte contre les dispositifs de flicage devrait aller de pair avec une perspective d’éradication du virus à l’échelle mondiale.

Du reste, il est indéniable que la période polarise les fronts, les changements sont brutaux et font disjoncter pas mal de monde, nous y compris. Si l’opposition légitime au QR-code dure dans le temps, il serait bon qu’elle rappelle aussi que le Conseil fédéral a décidé le mois dernier de rendre les tests payants à partir du 1er octobre. Ou que le gouvernement suisse est le premier à s’opposer aux levées de brevets pour les vaccins au sein de l’OMC. Voilà quelques perspectives autres et on l’espère incompatibles avec le simple mantra selon lequel il faudrait « apprendre à vivre à l’ère [du certificat covid] » (« Tribune de Genève », 14/09).

Programme d’activités : Septembre 2021

Programme d’activités : Septembre 2021

C’est la rentrée ! Au programme du Silure ce mois-ci : la reprise de l’incroyable cantine du vendredi, une rencontre avec Gwenola Ricordeau, une chercheuse qui travaille l’abolitionnisme pénal et une projection en plein air de Richard Dindo !

Tout les événements se passent dans le respect des mesures sanitaires (masques de protection si ça a lieu en intérieur). Une petite lettre d’info est à lire après le programme.

Retour de la cantine du Silure

Tous les vendredis 12h-13h à partir du vendredi 3 septembre.

La cantine du Silure, c’est une vingtaine de personnes qui font vivre une fois par semaine à midi un repas prix libre au Silure. On y vient pour se rencontrer, pour se tenir au courant des luttes en cours, pour manger. C’est un lieu qui se veut en dehors des logiques marchandes. Pour une autre ville, ouvrons des espaces de convivialité. La cantine du Silure s’inscrit dans les activités proposées par le Silure et les personnes qui y cuisinent se reconnaissent dans ses buts et moyens (silure-ge.net).
Préparez vos papilles, la cantine du vendredi reprendra dès le 3 septembre. Le groupe cantine appelle à une GRANDE assemblée de rentrée le 15 septembre à 18h30 au Silure pour renforcer nos équipes de cuisine et continuer à s’agrandir : nous avons de grand projets culinaires ! L’assemblée nous permettra par la suite d’évaluer nos forces et de partager nos envies d’ouverture et de festin pour l’année à venir. Venez le 15 septembre pour rejoindre les équipes de cuistottexs déter’ ! (Suivi d’un repas, évidemment).

Rencontre avec Martin Batalla, rappeur et ex-combattant des FARC.

Vendredi 10 septembre – 19h30

Bilan des accords de paix entre l’État colombien et les FARC cinq ans après.

Assemblée publique de la cantine du Silure

Mercredi 15 septembre – 18h30

Projection du documentaire « Dani, Michi, Renato & Max » de Richard Dindo (Suisse, 1987, 138’, vostfr)

Vendredi 17 septembre – 20h15

En 1981, Zurich « brûle ». Des jeunes gens en révolte réclament un centre autonome et des logements bon marché. Quelque temps plus tard, quatre de ces jeunes manifestants meurent dans de tragiques circonstances où, chaque fois, la police est impliquée. […] Les autorités ont refusé de remettre [au réalisateur Richard Dindo] le prix qu’un jury d’experts artis­tiques voulait lui décerner. En effet, c’est sur les traces d’un passé refoulé et encore brû­lant que Dindo mène cette nouvelle enquête. Implacablement, le réalisateur y démonte les rouages d’un système qui a lavé les policiers de toute responsabilité dans la mort de ces jeunes gens ; il stigmatise « la répression et la liquidation par l’Etat d’un mouvement de révolte ». » (source : Passion Cinéma)
La projection aura lieu dans la cour si la météo le permet. Dans le cas contraire, il y aura une jauge à l’intérieur et masque obligatoire.

Conférence-discussion avec la sociologue Gwenola Ricordeau autour de son dernier livre « Crimes & Peines : penser l’abolitionnisme pénal ».

Mercredi 29 septembre – 18h30 @ bâtiment principal des Saules, 1er étage

À partir de textes majeurs de Nils Christie, Louk Hulsman et Ruth Morris inédits en français, l’autrice fait découvrir ce courant de pensée qui inspire aujourd’hui les mouvements pour l’abolition de la police et de la prison, et qui invite à repenser les conceptions de la peine et du statut de victime.
Attention cet événement aura lieu dans le bâtiment en face du Silure !

Restaurant de soutien

Vendredi 1er octobre – 20h

Réservations sur cantine-silure@riseup.net.

Et ailleurs :

Salon du livre anarchiste de Berne

Vendredi 24 au dimanche 26 septembre

Petit stand Silure avec des brochures francophones sur les luttes sociales actuelles ou passées.

Manif « Prenons la rue » à Lausanne

Samedi 25 septembre, 14h, Place de la Gare, Lausanne

Contre la répression visant les manifestations et mouvements politiques.

Activités régulières

Cantines : Les cantines ont désormais lieu les vendredis midi dès le 3 septembre.

Bibliothèque-Infokioque : Les permanences biblio ont lieu tous les vendredis de 17h à 20h au Silure. Les perm servent à emprunter des livres, chiner dans la collection, amener de la distro, etc. Le catalogue est accessible en ligne en cliquant sur le texte ci-dessous.

Permanence juridique (PJS) : Les permanences juridiques continuent tous les samedis de 10h30 à 12h30 dans le respect des mesures sanitaires. La possibilité de consulter par téléphone sera réouverte en appelant le +41 76 291 19 71 pendant la permanence (samedi 10h30-12h30 uniquement). On ne répond pas aux SMS.

Suivi des luttes : Juillet-Août 2021

Suivi des luttes : Juillet-Août 2021

Quelques informations sur l’actualité des luttes à Genève et ailleurs.

#Zapatistes

On ne les attendait plus, et pourtant ils arrivent. Cette semaine,
l’escadron 4+2+1 sera en Suisse, et certainement à Bâle ce week-end.
C’est l’occasion de vous rappeler le camp du 27 au 29 août à Bâle avec un programme de mobilisation fourni, à découvrir sur barrikade.info . Avec comme point fort, une grosse manifestation anticoloniale et pour la fin de l’exploitation le samedi ! On y sera, avec nous slogans et nos banderoles !
https://renverse.co/infos-locales/a… (24.08.21)

 

#Brenaz #ChampDollon #LaSuisseTue

Un prisonnier de l’établissement fermé de La Brenaz a été retrouvé mort dans sa cellule le 17 juillet dernier. Une action de solidarité a eu lieu deux jours plus tard devant les grillages de cette taule. Celle-ci se trouve à Puplinge (GE) sur le même terrain que celle de Champ-Dollon, mais elle est nettement moins connue. Elle est bien plus petite et aucune information n’a filtré sur le contexte entourant la mort de cet homme. « Plusieurs slogans ont été criés et les prisonniers ont répondu en tapant sur les vitres de leur cellule. On espère que des témoignages émergeront sur le contexte de cette mort scandaleuse. » dit le communiqué posté sur Renversé. Une vidéo de l’action est jointe à l’article. https://renverse.co/infos-locales/article… (20.07.21)

Au moment de préparer cette lettre d’info, la presse a révélé qu’un autre prisonnier a été retrouvé mort le vendredi 20 août, cette fois-ci à Champ-Dollon. Il avait 51 ans. Deux morts dans les taules du canton de Genève en quelques semaines… Voilà où mène le système carcéral, ce pilier indispensable de l’ordre social dominant.

 

#RassemblementProcèsCritical2020

On roule ensemble, on va au tribunal ensemble ! Une foule de cyclistes s’est rassemblée devant le tribunal cantonal de Genève le lundi 16 août pour soutenir cinq personnes passant en procès pour la Critical Mass du 26 juin 2020. Les flics leur reprochent des infractions à la loi sur la circulation routière (LCR, rien à voir avec l’ancêtre du Nouveau parti anticapitaliste). « Durant toute l’audience se sont opposées d’un côté la défense du droit de manifester et, de l’autre, la mauvaise foi incroyable d’un pouvoir tentant grossièrement de dépolitiser la répression du mouvement, de la réduire à de simples détails techniques concernant la loi sur la circulation routière. » Un excellent compte-rendu de l’audience et du rassemblement est dispo sur Renversé.
https://renverse.co/infos-locales/a… (18.08.21)